Coronavirus : l’hécatombe mortuaire

Vivre son deuil et faire face à notre souffrance émotionnelle. La mort dans la solitude, et toutes les charges émotionnelles à gérer. Une guérison à mettre en place le plus rapidement possible grâce aux Fleurs de Bach.

Combien de personnes sont frappées par la perte d’un parent, d’un ami, ou même d’un voisin, suite à ce fléau que nous vivons en ce moment ?

Comment gérer de telles souffrances ?

Depuis plusieurs semaines, nous sommes atteints par les actualités nous donnant chaque jour ce décompte macabre du nombre de personnes victimes de ce coronavirus.

Les conséquences de cette fulgurante maladie touchent nos proches, mais le personnel médical est lui aussi impacté de manière plus violente psychologiquement, par rapport à d’autres accompagnements habituels dans leur travail de soignant au quotidien.

Non seulement ils sont démunis face à cette pandémie, mais leur colère, leur tristesse et le découragement face à ce manque de moyens apportent à leur état émotionnel, une dysharmonie.

Devant la complexité de cette épidémie dans les EHPAD, les personnes soignantes comme les personnes résidantes sont entachées par de lourdes responsabilités.

Pour les uns, la responsabilité de protéger, et pour les autres la responsabilité de se protéger et de faire face à la solitude et son lot de souffrances lors du départ. 

Certaines de ces personnes âgées demeurant parfois à plusieurs centaines de kilomètres de leur famille vivent la maladie du coronavirus dans l’isolement, les déstabilisant complètement, laissant place à de grandes peurs.

Pour les proches de ces personnes contaminées par le virus, où qu’elles se trouvent, dans un hôpital ou dans les EHPAD, la colère s’empare de ceux qui ne peuvent être au chevet de leur mourant. Puis s’associent les ressentiments de culpabilité, et le deuil devient plus douloureux puisqu’ils n’ont pas eu l’occasion d’accompagner leurs proches.

Le mental de ces individus est ainsi avec un état émotionnel des plus perturbé, dans l’impossibilité d’apporter une réponse visuelle du départ de l’être aimé pour préparer son deuil.

La solitude face à la mort

Les effets de l’isolement relationnel sans possibilité de revendiquer quoi que ce soit sont catastrophiques pour toutes les personnes confinées et malades.

La question est : y a-t-il un suivi psychologique, pour ces personnes âgées ou pas avant le moment fatidique du départ, puisqu’ils n’ont pas droit aux visites de leurs proches ? Et pour tous ceux qui restent ?

Le personnel bénéficie-t-il d’un accompagnement, face à leur difficile position ?

Cette tragédie ne s’arrête pas malheureusement à ce départ dans la solitude de toutes ces personnes touchées, mais pour les enfants, petits-enfants qui n’auront pas la perspective de faire leur deuil sereinement.

Les derniers instants d’adieux sont ainsi volés à notre histoire de lien commun familial.

Pour la plupart, il n’y a pas de contacts physiques possibles, pour embrasser, tenir la main, rassurer et apporter l’amour nécessaire pour accompagner la personne mourante.

Lorsqu’il n’y a pas de perspective de soutien, le deuil est beaucoup plus pénible.

Les sentiments d’impuissance de culpabilités peuvent s’installer et être la cause par la suite de nombreux dégâts émotionnels ayant des répercussions sur la vie et la santé.

Au début des recommandations officielles, il était impossible pour les personnes endeuillées d’apercevoir leur défunt. Ce dernier n’avait ni soin funéraire ni toilette mortuaire, une simple housse fermée et une mise en bière immédiate.

Désormais, les gens touchés par la mort de leur proche ont la possibilité de voir le visage du défunt tout en gardant les distances nécessaires avant la fermeture du cercueil.

C’est tout un rituel de deuil qui est anéanti. Cela provoque les mêmes angoisses que lors d’un accident d’avion ou les corps des personnes décédées sont absents. Vous imaginez tout le questionnement qui s’en suit et tout son lot de souffrances émotionnelles.

Ces situations sont difficilement gérables pour faire son deuil sans avoir pu toucher ou voir la dépouille de la personne réellement.

Les adieux sont indispensables, se recueillir et parler à la personne qui est partie en le regardant est important.

Pour se prendre en charge en douceur avec les Fleurs de Bach.

C’est humblement que je vais vous proposer un soutien émotionnel grâce à la prise de Fleurs de Bach.

Cet article est pour toutes ces personnes qui souffrent aujourd’hui de ce départ d’un être cher, ou qui subissent sur le terrain, toutes les conséquences de ce fléau historique du coronavirus.

À l’annonce du décès : RESCUE REMEDY

Cette préparation est à prendre directement dans la bouche ou dans un verre d’eau aussi souvent que nécessaire…

Puis dès que possible, se procurer les fleurs suivantes et les prendre ensemble dans un petit flacon avec pipette et un peu d’eau de source à raison de 

2 gouttes de chaque élixir dans le flacon.

 Rescue, Sweet Chestnut, Walnut et Cherry plum, Elm.

Vous prendrez 5 à 6 gouttes de cette préparation toutes les deux heures minimum.

Ne résistez pas si vous ressentez que vous en avez besoin davantage. Minimum 8 prises par jour.

Cela pendant 10 à 15 jours.

Puis en fonction de votre état émotionnel, prenez ces Fleurs :

  • White Chestnut ; pour calmer votre mental et retrouver une clarté d’esprit.
  • Holly ; pour calmer votre colère.
  • Pine ; pour apaiser votre culpabilité
  • Aspen ; pour calmer l’angoisse face à cette inconnue qu’est la mort. 
  • Willow pour les ressentiments
  • Gentian, pour le découragement
  • Walnut, acceptation du changement après ce départ
  • Honeysuckle, pour éviter de ressasser le passé.

Continuez votre guérison émotionnelle dans le temps.

Enfin, je vous dirai comme je le fais pour chacun de mes articles, que le mieux est de consulter un conseiller en Fleurs de Bach qui sera à même de vous aider à gérer vos émotions, et  vous aider vers votre guérison émotionnelle.

Parce que le conseil le plus important est qu’il ne faut pas enfouir toutes ses souffrances, mais surtout de considérer votre entourage et vos enfants qui souvent restent malheureusement dans l’ombre face à ces pénibles ressentiments qu’ils ont bien du mal à appréhender.

Bon courage à tous et prenez bien soin de vous 

Il n’y a pas de contre-indication, ceci n’est pas un médicament et ne peut se substituer à un traitement médical.

Vous pouvez demander l’avis de votre médecin si nécessaire.

Je continue pendant le confinement mes consultations à distance par internet.

[email protected]

Lien de l’article: cliquez ici

Florence Léautaud

auteure de cet article

vous aimez cet article?

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
Partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest

les commentaires

Ce site utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site et vous propose des conditions d'utilisation.

X